Un moment de sagesse pour certains et de folie pour d'autres...

La pression est énorme pour tous. Nous arrivons à un stade où les nouvelles habitudes imposées depuis presque un an commencent à entraver lourdement l'espoir d'un avenir différent, voire d'un avenir meilleur.


La lassitude, l'abattement, le désespoir, la colère, la peur, la tristesse, la soumission ou l'insoumission, le manque, la révolte sourde, le détachement, les privations ....Et la peur encore, sous toutes ses formes...


Emotions et sentiments parfois contradictoires se mêlent et créent en nous une instabilité émotionnelle dont parfois nous n'avons même plus conscience. L'irréel est devenu notre réalité. L'anormalité nous est donnée pour norme. Nos repères sont disloqués. Socialement, nous n'existons plus ou presque plus. Seul le travail quand il est autorisé, est devenu le seul but de nos existences: subsister. ne plus penser.

Ceux à qui on interdit de travailler, ceux qu'on prive de revenus, (ceux qui n'ont pas d'aides, car il y en a quoi qu'on vous dise) et qui voient leurs rêves s'envoler, ceux dont les ailes se sont brutalement brisées quand le vent de la peur est monté, ceux-là s'accrochent à l'espoir...il nous faut continuer d'espérer.


Mais tous, nous sommes intimement touchés. L'impact de la violence du choc qu'on nous inflige est psychologiquement terrible. Mais on ne le sait pas encore pour certains. Parce qu'on ne nous laisse pas vraiment le temps et l'occasion de nous interroger sur notre état émotionnel. Il nous faut prendre le temps de repenser notre existence. Ici et maintenant pour que demain ne soit pas trop tard.


Plus une seule conversation où le sujet du covid ne soit abordé. On a beau fuir les tv, les radios, la pression au sujet du vaccin est entrée dans les conversations de nos amis, de nos proches. On doit prendre position, argumenter sans cesse, se justifier. Cela fait un an qu'on ne cesse de lutter intérieurement et contre ceux qu'on aime juste pour avoir le droit de penser différemment sans être traité de fou ou d'inconscient.


Avant, la question des masques nous opposait , mais désormais le masque fait partie de notre réalité. On n'en parle presque plus. Vous l'avez remarqué non?

Le couvre-feu est aussi instauré, on ne parle même plus de l'enlever, si ce n'est sous la forme d'un chantage. On s'est habitués à ne plus vivre libres....On s'habitue à tout?


Moi non. Je ne m'habitue pas à ce qui me blesse et blesse ceux que j'aime. Pas à ce qui divise et sème le mal.


On nous menace sans cesse, tels des enfants inconscients et indisciplinés, de nous sanctionner encore et toujours plus si nous ne sommes pas sages. Mais qu'est-ce que la sagesse?

On nous fait du chantage depuis des mois, on nous infantilise au quotidien, on nous menace, on nous culpabilise, on nous fait croire que nous sommes un danger pour l'autre. Même pour ceux que nous aimons.

Comment pouvons-nous accepter cette croyance?


Nous sommes divisés. Nous ne sommes plus dans l'amour. Et nous nous éloignons des autres un peu plus chaque jour; Nous nous replions sur nous-mêmes sans même nous en rendre compte. C'est un drame réel. Une guerre psychologique sourde et profonde. Nous ne réalisons pas ce que nous sommes en train de vivre. Nous avons perdu la raison. Nous ne sommes même plus conscients que vivre a toujours été, est encore aujourd'hui et sera toujours risqué. Parce que c'est le cycle de toute vie.

Nous voulons tout contrôler, tout maîtriser. Mais réalisons que nous ne maîtrisons ni ne contrôlons rien. Nous sommes de plus en plus contrôlés et maîtrisés par ceux qui nous gouvernent et ceux qui les dirigent.


Nous avons perdu notre discernement. Nous sommes devenus fous.


L'aliénation des peuples par la peur a marché. Nous sommes hypnotisés. Nous sommes soumis.


Pourtant, je me réveille encore certains matins pleine d'espoir. L'espoir de voir les coeurs s'ouvrir à la dure réalité de ce que nous vivons et finir par accepter une autre vision de cette crise;

L'espoir de voir se réveiller des étincelles de lucidité dans le coeur de ceux qui sont murés dans leurs peurs, dans leurs convictions.

L'espoir que chacun réalise un matin que nos divisions ne peuvent pas durer, qu'elles nous blessent, nous emprisonnent et nous épuisent tous.

L'espoir que mes enfants puissent être à nouveau libres et jeunes.

L'espoir que tous les mensonges éclatent vite au grand jour.

L'espoir que la vérité entre dans la Lumière et fasse disparaître toute cette obscurité dans laquelle on nous a plongés.

L'espoir de ne plus voir les gens aussi perdus, aussi prisonniers, et de les voir retrouver leurs capacités de penser par eux-mêmes.

L'espoir que les télés s'éteignent et cessent de nous déverser encore et toujours plus de mensonges, de violence, de peur et de haine.

L'espoir que l'Homme renaisse à la vie et s'éveille à l'Amour.


Si parfois il m'arrive de douter, je ne m'installe jamais dans le doute. Je refuse la peur.

Je ne veux pas vendre mon âme aux marchands de la mort.


Je veux vivre, respirer, danser et faire danser le monde. Et aussi travailler . Parce que j'aime donner à mon tour l'espoir...


Je pense intimement que l'éveil des consciences est en route. Les religions ont déchiré et divisé nos peuples pendant des siècles. Le matérialisme, le profit, la possession et le pouvoir ont été érigés par la suite en dieux tout puissants et nous ont menés à des conflits, des massacres et des guerres partout dans le monde. L'histoire de l'Humanité peut se voir sous la forme de cycles. J'aime à croire que nous changeons de cycle....

Peut-être devons-nous passer par la peur pour découvrir l'Amour et retrouver une simple spiritualité, basée sur la confiance en soi, la confiance en l'autre et la croyance que l'autre n'est pas un danger pour nous. Le contraire de ce qu'on veut nous faire croire.


Peut-être qu'en se reconnectant à soi, en apprenant à s'aimer soi-même, on acceptera et on aimera l'autre même dans ses différences . On ne sera plus dans la peur. Nous devons quitter la peur. Nous devons être en amour. Délaisser l'ego pour s'installer dans le coeur.

SImplement.

Moi j'y crois.

C'est ce que j'essaie de transmettre.

Le changement vient de nous. De personne d'autre. Nous avons le pouvoir de changer le monde. Nous sommes le monde. Nous devons accepter notre propre responsabilité dans ce désordre, tout comme nous devons être fiers de ce que nous accomplissons simplement quand nous nous affirmons différents . Nous ne devons pas remettre sans cesse la responsabilités aux autres. Nous pouvons tous prendre notre part, même petite, dans la reconstruction d'un monde à l'image que nous voulons. Nous sommes tous potentiellement des "héros". A nous de nous en convaincre et de ne pas en attendre qu'il surgisse d'ailleurs.