Vos émotions et leur impact sur votre vie au quotidien


Ceci n'est pas un scoop, mais un rappel qui au vu de l'actualité, il me semble important de faire.

Vous trouverez en cliquant ici, un article succinct certes mais intéressant issu du magazine"Sain et naturel".


Je ne suis ni médecin, ni épidémiologiste, ni scientifique et mes détracteurs pourront très aisément m'opposer mon inculture, le manque de preuves et tout ce qu'ils voudront comme arguments pour démonter cette théorie. Mais cela me laissera indifférente. Je vois trop d'imposteurs à qui l'on voue une écoute sans faille, trop de mensonges, trop de folie pour ne laisser la parole qu'à eux seuls. La maladie n'est pas une affaire de diplômes uniquement mais avant tout une affaire d'hommes et de femmes. Même désormais parmi les médecines alternatives, c'est la course aux diplômes , aux reconnaissances légitimes, une guerre interne contre les illégitimes....Mais où est le bon sens dans tout cela? Regardons où cela nous mène: à la perte de notre humanité...Il faut cesser de toujours vouloir se faire valoir....Il faut juste apprendre à être soi-même et vibrer ce qu'il nous semble juste de vibrer...


Il fut une époque où l'homme savait observer les nuages, prévoir les orages, écouter le bruit du vent, entendre gronder le ruisseau...Il fut un temps où nul n'avait besoin de diplômes pour apaiser les maux parce que le savoir et la connaissance n'appartiennent pas uniquement à ceux qui sortent des écoles. Toute notre vie est un champ d'observations et d'expérimentations qui forment des savoirs qu'il nous faut aussi transmettre. Nous avons perdu nos sens et sommes" sens dessus dessous". Pourquoi? parce que nous sommes sous le coup d'un choc émotionnel.


Cet article vous parle de l'impact des émotions sur nos organes et donc sur notre santé, Et si cette médecine a traversé les millénaires, c'est probablement parce qu'elle a su se montrer efficace.

Personnellement, j'en suis plus que convaincue. C'est pour cette raison que j'ai fait le choix de me consacrer entièrement à l'accompagnement des autres au travers de leurs émotions.

Il est essentiel de savoir exprimer ses angoisses, ses peurs, ses chagrins et il est dangereux de les refouler, de les nier, de les enfouir en espérant qu'elles disparaîtront d'elles-mêmes...Certaines oui, probablement. Quoi que....

On devrait apprendre à tous les enfants à s'exprimer, à parler de ces manifestations physiques que l'on ressent quand on nous humilie, quand on nous fâche, quand on a peur, quand on est en colère...Il y a des livres pour enfant merveilleux pour nous aider.On devrait leur apprendre à mettre des mots sur leurs émotions, à communiquer avec d'autres à leur sujet, à échanger. Au final, nous ressentons souvent comme l'autre mais nous ne disons rien, par sensiblerie, par orgueil, par honte etc....



Erreur...

Les clefs de notre guérison sont dans notre capacité à parler de nous, à reconnaître et accepter les chocs émotionnels qui ont jalonné notre histoire, pour les remettre à leur place, les apaiser et les empêcher de continuer le sabotage de notre quotidien.

Il faut cesser de remettre à demain cet équilibre tant attendu car demain n'existe pas, demain est incertain. Il faut se donner la chance d'être heureux aujourd'hui. Il faut aussi cesser de remettre à d'autres la responsabilité de notre équilibre et de notre santé (famille, médecins, thérapeutes...). Il faut retrouver notre responsabilité et notre place dans ce que nous vivons.

Actuellement nous traversons une période terriblement riche en émotions mais malheureusement, ce n'est pas la joie qui domine. C'est plutôt le règne de la peur, de la colère voire de la haine. Nous sommes immergés dans ces ondes nauséabondes qui vibratoirement nous affaiblissent et nous rendent vulnérables. Il est de notre responsabilité individuelle de réagir et de décider de ne pas céder à. la peur. Etre conscient et averti ne signifie pas qu'on a peur. Au contraire, connaître et identifier sa peur permet de la dépasser.


J'en reviens à nouveau à un exemple personnel et donc absolument pas fictif.


Un de mes fils, qui a vécu plusieurs chocs émotionnels d'une violence extrême dans son adolescence et n'a pas voulu se faire accompagner par des professionnels à l'époque, a semble-t-il les années suivantes bien maitrisé les choses. Brillant élève, il a continué sa route comme il l'entendait, sans obstacle. Puis un jour il a eu une série de troubles de type AVC,. Il avait environ 16 ans je crois. C'était très impressionnant, au point que l'infirmière du lycée l'a fait hospitaliser. Rien cliniquement. Je l'ai emmené consulter un neurologue. Rien. Malgré les signes cliniques extrêmement impressionnants et graves, rien n'a été décelé. La neurologue a avancé la thèse du stress.

Le temps a passé. Une fois étudiant, pour d'autres raisons (mais je saurais toujours les causes après, mon fils étant très secret), il a commencé une série de malaises de type crises d'angoisse mais sévères avec chute, étouffement, perte de connaissance....Ces crises là ont été ensuite son quotidien dès qu'il vivait une situation de stress (en fait cela le reliait aux chocs qu'il avait subi plus jeune). Il a du être hospitalisé plusieurs jours et a suivi un traitement chimique et a été accompagné par un psy. Il n'était pas prêt à écouter sa souffrance. Il a fui plusieurs fois en partant vivre à l'étranger. Mais même là-bas au moindre stress, à la moindre forte émotion , il refaisait un malaise. Certains médecins l'ont alerté sur les risques cardiaques liés à ces malaises....Mais il fuyait sa vérité.

Et une maman est souvent la plus mal placée pour aider son enfant. Et mon fils devait faire son propre chemin, tout en sachant que j'étais là si il en éprouvait le besoin;

Hier soir, je l'ai eu au téléphone. Les crises depuis son retour à la fac après les vacances de la Toussaint, ont repris. Il a encore été hospitalisé jeudi. A la fin des vacances, il ressentait de grosses douleurs thoraciques: nouveau symptômes. Il a eu un médecin (en visio puisque maintenant tout se passe à distance) qui lui a prescrit du Doliprane. Pas de prise de tension. Pas d'auscultation. Je l'ai mis en garde sur l'aspect émotionnel de cette douleur. Aujourd'hui il accepte l'idée qu'il va mal. Il ne supporte plus tout ce qu'on lui a enlevé, sa liberté de vivre simplement sa jeunesse, l'enfermement, la pression ambiante. Son corps parle à nouveau, mais peut être un peu plus fort à chaque fois. Il a décidé enfin de regarder en face sa souffrance. Mon fils a décidé d'accepter d'aller regarder son passé pour s'en libérer. Parce que désormais son corps crie presque tous les jours la souffrance que lui cherche à taire...La peur, l'enfermement et l'isolement qu'il vit depuis des mois ont réveillé ses vieilles blessures. Car le corps n'oublie jamais.




Voilà, je vous livre ce témoignage non pas pour que l'on s'apitoie sur son sort car bien trop nombreux sont celles et ceux qui comme lui, souffrent de ne plus réussir à "gérer" intérieurement leurs émotions, mais pour vous montrer à quel point il est important de faire attention à soi et d'écouter ce que votre corps vous dit. Une fois la maladie installée, c'est une autre peur qui s'installe et il devient bien plus difficile de s'en libérer...


Je suis là pour vous aider. Je suis là pour vous conseiller, vous guider pour dépasser toutes ces peurs qu'on vous inflige, toutes ces ruptures qu'on vous fait vivre, pour dépasser et rayonner au-delà de vos peurs, vous retrouver heureux et plein de confiance en l'avenir. Parce que c'est possible.

On veut vous emprisonner dans la peur, on veut que vous soyez soumis à elle.

Retrouvez votre liberté simplement en pensant à vous, égoïstement, le temps de comprendre...Après vous rayonnerez et vous entrainerez les autres dans votre lumière. Si vous restez dans l'ombre, terré dans la peur, vous vibrerez la peur pour tout votre entourage. La règle est tout le temps la même....


Si vous avez envie de vivre et non plus de survivre, si vous avez envie de recommencer à rire, de croire en l'amour, de croire en l'amitié, de croire en un avenir meilleur, cela ne dépend que de vous. Avant il n'y avait que votre propre histoire qui vous limitait....Désormais il y a la terrible situation que nous en sommes en train de vivre collectivement qui vient s'ajouter à vos propres blessures. Il est temps de réagir et de vous occuper de votre mieux-être....


Posts à l'affiche
Posts Récents